Décollage du HPA

L'avion a propulsion humaine prendra son envol sous peu.

  • 04/01/2016

Après le test réussi de charge sur les ailes, l'essai est envisagé pour bientôt.

L'IMA s'est lancé un défi de taille depuis 2011, elle a décidé d'être la première université française à construire son avion à propulsion humaine (HPA) et à participer avec à une compétition internationale

Associer les étudiants dans un projet comportant à la fois de la conception, de la réalisation technique, une forme de planification industrielle, c’est tout l’enjeu du HPA, pour Human Power Aircraft (HPA), un avion à propulsion musculaire développé depuis 2011 au sein de l’IMA de Bordeaux, ce sera le premier avion universitaire français du genre. David Reungoat est l’un des initiateurs du projet.

Le principe est simple : il s’agit de construire un appareil piloté avec moins de 300w, soit la moitié de la puissance d’une simple cafetière et sans autre forme d’énergie que la force musculaire pour le faire voler. On arrive aujourd’hui à voler sous cette puissance, il faut pouvoir supporter au moins 70 kg pour le pilote et 35 kg au mieux pour la machine. Il faut naturellement concevoir le plus léger possible, le plus économe en énergie et en coût. C’est un vrai challenge, car ces appareils légers pour être efficaces doivent avoir une envergure longue, ce qui impose d’être plus lourd et donc qui demande plus de puissance. Il faut rompre ce cercle vicieux et obtenir le meilleur compromis. Trouver la bonne technique, on retrouve un peu l’esprit pionnier de l’aéronautique. Ils se posaient la question : comment faire voler un avion avec un tout petit moteur et au moindre coût ; on se pose les mêmes questions, mais sans moteur. Le HPA devrait participer cette année à l’Icarus Cup devenue British human powered flying club compétition. Pour cette dernière, il s’agit d’une compétition internationale de records de distance.